Posts Tagged ‘Zoologie’

h1

Les animaux sont-ils intelligents ?

20 janvier 2012

En 64 pages, Dominique Lestel multiplie les exemples pour raconter l’histoire de l’étude des comportements animaux : rats dans des labyrinthes, oies grises en liberté, termites construisant leur nid, « singes parlants », chimpanzé utilisant des outils fabriqués, stratégies sociales des dauphins…
Les différentes écoles se succèdent tout au long du XXe siècle (behaviorisme, éthologie objectiviste, sociobiologie, éthologie cognitive) et les mentalités évoluent de l’idée d’animal-machine dépourvu d’intelligence jusqu’à la reconnaissance d’une intelligence individuelle de l’animal et même l’observation de véritables « comportements culturels ».

Les animaux sont-ils intelligents ?
Dominique Lestel
Éditions Le Pommier, Les petites pommes du savoir
64 pages, mars 2012 (nouvelle édition)

Publicités
h1

Le cabinet des curiosités de la nature

11 avril 2011

Et dire que c’est un adulte ! Cet amphibien (cf. photo de l’Axolotl) fait preuve de néoténie. C’est une particularité qui lui permet de figurer en bonne place dans ce nouveau « Cabinet des curiosités ».

Clin d’œil à ses prédécesseurs, l’ouvrage répertorie des sujets étonnants dans les domaines de la zoologie, la botanique, la géologie et la météorologie. Mais dans cet album, point de fossiles ou de spécimens naturalisés comme autrefois, ce cabinet insolite est tout photographique (agence Biosphoto). Des vues aériennes et satellite ou, au contraire, des images grossies 500 fois permettent de découvrir de l’insolite même sur les objets naturels qui nous entourent.

Le cabinet des curiosités de la nature  
Yann Rigaud, Biosphoto, Yves Calarnou
Belin, Les Savoirs junior, 48 pages, mars 2011

h1

Les explorateurs du XVIIIe siècle

6 avril 2011

L’auteur relate dix voyages d’explorateurs qui nous entraînent aux quatre coins du globe à la découverte de l’Amazone, de la Sibérie, du fleuve Niger ou des îles du Pacifique. Les expéditions du XVIe et XVIIe siècle étaient principalement constituées de marchands et de missionnaires, tandis que les explorations du XVIIIe embarquent des savants pour étudier la faune, la flore et les populations lointaines.

Si certains récits (ceux tirés de compte-rendu de naturalistes ou d’astronomes) mêlent aventure et témoignage scientifique, c’est surtout le côté périlleux des expéditions (vie à bord des navires, conditions météo, difficultés à s’orienter) et les relations (amicales ou belliqueuses) avec les indigènes qui sont développés.

Et parmi les plus connus des explorateurs, si Bougainvilliers s’en sort bien, ce ne sera pas le cas de Cook ou de La Pérouse. Car ces voyages ne sont pas de tout repos. On doit batailler contre la promiscuité, le scorbut, les tempêtes, la désorientation, le mal de mer et parfois même contre les indigènes.
Mais il y a aussi de bons côtés avec la découverte de nouvelles terres, la flore et la faune incroyables, le gigantisme des paysages, l’accueil bienveillant des « bons sauvages » et le contentement de faire progresser les connaissances scientifiques ou d’établir la carte du globe.

Tous ces récits sont écrits de façon très vivante et les illustrations reflètent tout à fait l’esprit de ces carnets de voyage. Chaque texte est suivi d’une double page encyclopédique illustrée de documents anciens (dessins et croquis des naturalistes et des peintres ayant accompagnés l’expédition) qui présente les progrès scientifiques du XVIIIe siècle.

Les explorateurs du XVIIIe siècle
Dominique Lanni
Illustré par Christian Heinrich
Gallimard jeunesse, Sur les traces des …, 128 pages, juin 2007

h1

L’incroyable voyage de Monsieur de Lapérouse

17 mars 2011

1785. L’Astrolabe et la Boussole partent sous le commandement de Lapérouse pour un voyage planétaire ordonné par le roi Louis XVI. L’expédition embarque nombre de savants : botaniste, astronome, minéralogiste, géographe, mécanicien-horloger et dessinateurs.

Le récit s’appuie sur des documents du Musée de la Marine : journal de Lapérouse, instructions de Louis XVI, liste des équipages et des savants participants à l’expédition, liste du matériel embarqué… Les instructions du roi relatives à la mission des savants sont bien présentées : établir des cartes, calculer la distance de la Terre à la Lune, étudier la nature des sols, les curiosités naturelles ; introduire dans ces pays d’outre-mer les plantes utiles cultivées sous nos climats ; rapporter en France des graines et des boutures de toutes les plantes exotiques.

Mais c’est surtout la vie à bord qui est racontée, les difficultés de navigation, les confrontations avec les indigènes. On a seulement quelques informations sur les activités des scientifiques à terre. Alors qu’à chaque escale, la mission des scientifiques commence – semer les graines, examiner les sols, herboriser, vérifier si les cartes du Pacifique sont exactes – il est dommage que le récit ne précise pas ce qu’ils découvrent de la faune et la flore, des coutumes des habitants.

L’incroyable voyage de Monsieur de Lapérouse
Sophie Humann, illustrations d’Emmanuel Cerisier
Gulf Stream Editeur, 96 pages, octobre 2007

h1

Toutes les bêtises sur la nature que les adultes racontent aux enfants

16 janvier 2011

Qu’est-ce qu’on en raconte des bêtises sur les animaux ! Surtout aux enfants, c’est bien plus facile : les grenouilles sont vertes et les crapauds marron, le renard est un serial-killer, un moucheron est un bébé mouche…

Pour arrêter de croire n’importe quoi, ce petit livre plein d’humour tord le cou à 100 idées reçues.


Sur chaque double page, un texte court, accompagné d’une illustration rigolote, révèle quelques caractéristiques de ces animaux familiers souvent méconnus. De quoi rétablir la vérité…

Toutes les bêtises sur la nature que les adultes racontent aux enfants
François Lasserre et Roland Garrigue
Delachaux et Niestlé jeunesse, 128 pages,  2010

h1

Petites et grandes histoires des animaux disparus

16 janvier 2011

Un excellent livre pour apprendre des noms d’animaux rigolos : le dodo, le tratratratra, le pouakaï ; ou plus compliqué : le glyptodon, la rhytine. Mais surtout, cet album présente un étonnant inventaire d’une trentaine d’espèces disparues.

Le récit aborde ces extinctions par le biais des contes mythologiques, des légendes et des récits d’expéditions qui font références à ces animaux. Les superbes illustrations font penser aux planches naturalistes du XIXe siècle.


Sur la page de gauche, on répond sous forme de BD à une question apparemment farfelue : « Comment recycler une carapace de Glyptodon ? Mais qui a rétréci les castors géants ? » L’anecdote permet de nous renseigner sur l’origine de la découverte de l’animal ou sur la cause de la disparition de cette espèce. Sur la page de droite, une grande illustration de l’animal, sa carte d’identité et ses caractéristiques. Un texte renseigne sur les causes exactes ou supposées de la disparition.

Et là, on se rend compte que derrière la majorité de ces disparitions se cache l’activité humaine.

Petites et grandes histoires des animaux disparus
Hélène Rajcak et Damien Laverdunt
Actes Sud Junior, 78 pages, 2010.

h1

Des animaux ? – Pline l’Ancien

6 janvier 2011

Piochez des extraits de texte dans la monumentale encyclopédie Histoire naturelle écrite au Ier siècle par Pline l’Ancien.
Illustrez d’un assemblage de gravures, de chromos et de publicités des années 50.
Résultat : Des animaux en costume, en slip ou en baskets et à l’anatomie constituée d’outils et d’engrenages.

De la façon, à la fois descriptive et naïve, qu’à Pline de décrire les animaux, Armel Toucour assemble des créatures à la fois homme et machine. Représentation d’aujourd’hui, ces collages ne sont pas si farfelus dans la mesure où ils nous donnent une idée de ce que les contemporains de Pline pouvaient imaginer à la lecture de ce texte.

Des animaux – Pline l’Ancien
Armel Toucour
Éditions Mouck, 32 pages, 2008