Posts Tagged ‘Brahé’

h1

Voyage vers le soleil noir

5 juillet 2010

1er août 2008, une éclipse totale de Soleil est visible depuis Novossibirsk, en Sibérie. L’astrophotographe Olivier Sauzereau se rend sur place pour réaliser un reportage photographique. En hommage à Jules Verne, il décide d’effectuer le voyage -de Nantes jusqu’en Russie- à  la manière de Phileas Fogg : en train. Si le but de cette expédition est l’éclipse totale de Soleil, le voyage est aussi l’occasion d’un pèlerinage à travers l’histoire des sciences. Olivier Sauzereau nous entraîne sur les pas de Janssen (à Meudon), Einstein (à Postdam), Brahé et  Kepler (à Prague), Copernic (à Cracovie). Sous forme d’un carnet de voyage, l’auteur évoque comment ces scientifiques ont profité, chacun à leur époque, des éclipses de Soleil pour confirmer leurs prédictions.

Le récit, illustré de photos témoignage des différentes escales du parcours, est agréable à lire ; de longs encarts apportent des compléments historiques.

Voyage vers le soleil noir
Olivier Sauzereau
Belin, 128 pages, 2009

Publicités
h1

L’œil de l’astronome

22 mai 2010

L’œil de l’astronome, c’est bien sûr Galilée et sa lunette astronomique à l’origine de découvertes qui bouleverseront la compréhension du monde.

L’œil de l’astronome, c’est aussi l’histoire de tous les moyens imaginés par les astronomes pour observer le ciel et les étoiles. C’est d’abord sans instruments optiques, mais à l’aide de calcul que l’on établit la science des étoiles. Puis viennent les instruments de visée, la lunette astronomique et divers télescopes terrestres et spatiaux. Tous les instruments d’observation du ciel sont décrits avec leurs avantages mais aussi leurs limites. De nombreuses illustrations mettent en scène ces instruments ce qui donne une bonne idée de leur taille et de leur fonctionnement.

L’œil de l’astronome, c’est enfin le portrait de tous les savants, astronomes et mathématiciens qui, de l’Antiquité à nos jours, décrivent le mouvement des astres.

L’œil de l’astronome
Olivier Sauzereau, Illustrations couleur Yves Besnier
Belin, Collection Bibliothèque Documentaire, 64 p., 2009.

h1

Un moment lumineux

22 mars 2010

Benatek, près de Prague, février 1600.
C’est la rencontre de deux savants que tout oppose : l’âge, le caractère, la condition sociale… Les deux hommes, Tycho Brahé et Johannes Kepler ont cependant une passion commune, l’astronomie.
Toute la mythologie entourant l’astronome danois Tycho Brahé est présente : le château, l’observatoire, la cour qui entoure Brahé, son nez d’or, Jepp le serviteur nain. Ce dernier, en dialoguant avec les enfants de la cour, déroule l’histoire.

Le récit rend bien la différence de caractère entre les deux hommes. Brahé, arrogant, fougueux et vindicatif ; Kepler modeste, fragile et nerveux, mais surtout acharné et génial.

Brahé a développé son propre système du Monde ; il invite, sans succès, Kepler à abandonner le système de Copernic au profit du sien.
Mais entre Brahé – l’observateur – et Kepler – le mathématicien – l’orage gronde. Les deux hommes parviendront à s’entendre pour travailler ensemble car leurs intérêts sont liés. Pour faire avancer la science, il faut bien la conjonction de la théorie et de l’observation. À la mort de Tycho Brahé, Kepler sera nommé par Rodolphe II mathématicien impérial.

En annexe, 8 pages documentaires rappellent la chronologie des événements qui ont permis à Kepler de découvrir les lois du mouvement des planètes autour du Soleil.

Un moment lumineux – La rencontre de Johannes Kepler et de Tycho Brahé
Jean-Paul Vernet, Françoise Joudrier
L’école des loisirs, Archimède, 48 pages, 2009

h1

Tycho Brahé, prince des étoiles

22 mars 2010

Danemark, 1588 – Le jeune Erik, accompagné de son père, rend visite à son oncle, le fameux Tycho Brahé. Sur l’île de Hven, où Tycho Brahé a construit le premier observatoire d’Europe, Erik rencontre ses cousins ; ils visitent le chantier de construction d’un nouvel observatoire enterré. Les jeunes garçons se lancent des défis à qui escaladera les immenses instruments d’observation.
Suit la résolution d’une intrigue : Erik et Jeppe (le nain de Tycho Brahé) révèlent que le secrétaire vole des relevés d’astronomie. Tycho offre alors un sextant à Erik qui, en observant les étoiles, se découvre une passion : il deviendra astronome.

L’illustration (des crayonnés aquarellés) forme un récit séquentiel entre l’album et la bande dessinée ; on découvre l’âpreté de l’île de Hven, l’architecture des observatoires astronomiques de Tycho Brahé et ses instruments d’observation : astrolabe, sextant, grand quadrant mural…
Par le rôle du père d’Erik, on comprend également l’importance de Frédéric II, roi du Danemark, qui finance la construction des observatoires et les recherches de Tycho Brahé.
Mais le récit apporte peu d’éléments sur la nature et l’importance, à cette époque, des observations de Tycho Brahé. L’histoire porte essentiellement sur les défis entre cousins et sur l’intrigue d’espionnage.
En fin d’ouvrage, 4 pages documentaires proposent une biographie de Tycho Brahé et renvoi sur le site du musée : www.tychobrahe.com

Tycho Brahé, prince des étoiles
Olivier Melano
L’école des loisirs, Archimède, 2009
48 pages