Posts Tagged ‘BD’

h1

Tu mourras moins bête, t1

10 octobre 2011

Tu mourras moins bête est à l’origine un blog BD  de vulgarisation scientifique dessiné par Marion Montaigne. Le livre (augmenté d’inédits), sous-titré La science, c’est pas du cinéma ! dissèque quant à lui, les aberrations scientifiques qui envahissent les films et les séries télévisées.

Marion Montaigne, sous le pseudonyme de Professeur Moustache, répond à des questions existentielles posées par d’imaginaires lecteurs : quand est-ce qu’on pourra enfin se battre avec des lasers ? J’ai beaucoup appris en regardant Greys’ Anatomy, ai-je le niveau pour devenir médecin ? Si je me fais tirer dessus, dans quelle partie du corps il vaut mieux que je reçoive la balle pour avoir le plus de chance de survivre ?

Et attention, les réponses du Professeur Moustache s’appuient sur une documentation sérieuse – les références sont indiquées sur le blog mais hélas pas dans le livre. Heureusement, loin d’un soporifique donneur de leçons, le Professeur Moustache, par ses bons mots et son sens extrême du rationnel, provoque surtout des éclats de rires. Le tout est soutenu par un dessin (souvent gore – sujet oblige, beaucoup d’armes et de cadavres) jeté à la diable qui rappelle le trait de Reiser. Instructif et drolatique.

Tu mourras moins bête, t1
La science, c’est pas du cinéma ! 

Marion Montaigne
Ankama, 256 pages, septembre 2011

h1

Les Carnets de Darwin (t2) « La Mort d’une bête »

28 février 2011

L’œil des celtes (t.1) plaçait Darwin et sa théorie de l’évolution comme l’enquêteur idéal pour élucider une série de meurtres horribles perpétrés par un animal inconnu.

La mort d’une bête (t.2) vire au fantastique horrifique. Darwin lutte ici contre sa part sombre tout comme il a dû batailler à son époque avec ses états d’âme (vingt ans avant de publier L’Origine des espèces…).
Un homme tourmenté qui cherche des réponses dans la science mais devient, dans ce récit, sujet d’expérience (alcool et sexe pour conjurer les démons qui seraient en lui). Un portrait de Darwin, trop éloigné de la réalité.
Enfin, conclusion dans l’épisode suivant…

Les Carnets de Darwin – T2 : « La Mort d’une bête »
Scénario : Runberg ; Dessinateur : Ocaña
Le Lombard, 56 pages, février 2011

h1

La vie des très bêtes

6 janvier 2011

La vie des très bêtes, c’est d’abord de l’humour mais aussi de vraies informations pour connaître le mode de vie des animaux et même leurs pensées les plus intimes…

Parmi les 25 fiches pour s’instruire, on trouve même un peu d’histoire des connaissances : l’ornithorynque, découvert par le capitaine Hunter et qu’on ne sait pas où classer (rejeté par tous. Alors on le mis avec madame Hunter…), le hérisson et son statut dans l’Ancienne Égypte ou les expériences sur le chimpanzé pour lui apprendre le langage des signes.

Marion Montaigne est aussi l’auteure du blog scientifique Tu mourras moins bête. Elle répond, en une trentaine de vignettes hilarantes, à des questions de science : « Est-ce possible de se greffer des visages comme dans le film Volte face ? » « Quand est-ce qu’on pourra enfin se battre avec des lasers ? » « Je me demandais, comme ça, par hasard… comment ça marche une centrale nucléaire ? ».

La vie des très bêtes
Marion Montaigne
Bayard, BD
T. 1, 96 pages, 2008
T. 2, 64 pages, 2010

h1

Logicomix

20 octobre 2010

Roman graphique imposant (352 pages), Logicomix raconte la vie du mathématicien Bertrand Russell (1872-1970) et de sa quête pour fonder les mathématiques sur la logique.

Sur près d’un siècle, cette recherche sera sujet à de vigoureux combats idéologiques. Les théories élaborées pendant de nombreuses années sont constamment remises en question par d’autres mathématiciens.

Au cours du récit, Russel se confrontera à de nombreux autres logiciens, tous guettés par la folie dans leur volonté de refonder les mathématiques sur une vérité scientifique.

Et Russel de conclure l’histoire de sa vie : « De mes jeunes années à ce jour, du Doute à la Certitude.. et retour ! »

Logicomix
Apostolos Doxiadis, Alecos Papadatos, Christos Papadimitriou
Vuibert, 352 pages, 2010

h1

Le Labo

6 octobre 2010

Que se passe-t-il dans les laboratoires des chercheurs ? Pour le savoir, Jean-Yves Duhoo a demandé aux scientifiques d’ouvrir leur porte. Sous forme de reportages BD, l’auteur met en scène de façon humoristique 10 visites dans des organismes de recherche. On découvre ainsi la Station de Biologie marine à Brest, l’Institut de Biologie physico-chimique à Paris, le Laboratoire de Paléobotanique, le Synchrotron, le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France ou encore l’Observatoire astronomique du Pic du Midi.

Dans chaque laboratoire, des chercheurs expliquent ce qu’ils font, de quelles manières et avec quels instruments. On découvre ainsi l’action du soleil sur la planète, le fonctionnement de la mémoire, l’étude de la matière, l’observation des fossiles…

En fin  d’ouvrage, un dossier « Pour en savoir plus » complète les reportages avec  un lexique des termes techniques, des informations sur les 10 laboratoires et des explications sur les études à suivre pour devenir chercheur.

Le Labo (tome 1)
Jean-Yves Duhoo (dessins et scénario)
Editions Dupuis et Universcience, 2010

h1

Les carnets de Darwin

9 juillet 2010

1860. Charles Darwin vient de publier L’Origine des espèces. La controverse s’engage, admirateurs et adversaires rivalisent. Darwin est alors contacté par le Premier ministre de la reine Victoria pour résoudre une enquête sordide. De sanglantes attaques ont lieu dans le Yorkshire, sur le chantier du chemin de fer ; un prédateur inconnu en serait la cause. Fasciné par les créatures mystérieuses comme les griffus ou les loups garous, Darwin accepte d’enquêter.

L’idée d’un Charles Darwin transformé en Sherlock Holmes est séduisante, cependant ses compétences scientifiques sont peu utilisées dans ce premier tome.
Il s’agit avant tout d’un thriller fantastique qui repose sur les croyances populaires, sources de terreur. Lieu angoissant, prédateur embusquée, fulgurance des attaques, sang et viscères…, ­âmes sensibles s’abstenir !

Les carnets de Darwin
L’Oeil des Celtes (t. 1)
Sylvain Runberg (scénario)
Eduardo Ocaña (dessin) et Tariq Bellaoui (couleur)
Le Lombard, 56 pages, 2010

h1

Hypathie

22 juin 2010

On connaît peu de choses d’Hypatie : mathématicienne et philosophe grecque, elle vécue de 370 à 415. Son père Théon d’Alexandrie, dernier directeur du Musée d’Alexandrie, est éditeur et commentateur de textes mathématiques. Il éduque sa fille en l’initiant à la mathématique et à la philosophie.

Hypatie est l’héroïne idéale : elle est païenne à l’époque où l’empire romain impose le christianisme ; elle est la première femme à enseigner les mathématiques ; très belle, elle reste vierge ; sa fin est tragique : elle meurt lapidée.

Son statut d’héroïne est renforcé par le manque d’informations ce qui permet à l’auteur de développer le récit à sa guise. Cependant, le scénario reste crédible : il présente le destin d’une femme de science courageuse qui se retrouve mêlée aux luttes de pouvoir et victime de l’influence de la religion sur la science.

Hypathie
Dessins de Christelle Pécout
Scénario de Greiner
Dupuis, Sorcières 2, 56 pages, 2010