Archive for the ‘Zoologie’ Category

h1

Les animaux sont-ils intelligents ?

20 janvier 2012

En 64 pages, Dominique Lestel multiplie les exemples pour raconter l’histoire de l’étude des comportements animaux : rats dans des labyrinthes, oies grises en liberté, termites construisant leur nid, « singes parlants », chimpanzé utilisant des outils fabriqués, stratégies sociales des dauphins…
Les différentes écoles se succèdent tout au long du XXe siècle (behaviorisme, éthologie objectiviste, sociobiologie, éthologie cognitive) et les mentalités évoluent de l’idée d’animal-machine dépourvu d’intelligence jusqu’à la reconnaissance d’une intelligence individuelle de l’animal et même l’observation de véritables « comportements culturels ».

Les animaux sont-ils intelligents ?
Dominique Lestel
Éditions Le Pommier, Les petites pommes du savoir
64 pages, mars 2012 (nouvelle édition)

Publicités
h1

Petites et grandes histoires des animaux disparus

16 janvier 2011

Un excellent livre pour apprendre des noms d’animaux rigolos : le dodo, le tratratratra, le pouakaï ; ou plus compliqué : le glyptodon, la rhytine. Mais surtout, cet album présente un étonnant inventaire d’une trentaine d’espèces disparues.

Le récit aborde ces extinctions par le biais des contes mythologiques, des légendes et des récits d’expéditions qui font références à ces animaux. Les superbes illustrations font penser aux planches naturalistes du XIXe siècle.


Sur la page de gauche, on répond sous forme de BD à une question apparemment farfelue : « Comment recycler une carapace de Glyptodon ? Mais qui a rétréci les castors géants ? » L’anecdote permet de nous renseigner sur l’origine de la découverte de l’animal ou sur la cause de la disparition de cette espèce. Sur la page de droite, une grande illustration de l’animal, sa carte d’identité et ses caractéristiques. Un texte renseigne sur les causes exactes ou supposées de la disparition.

Et là, on se rend compte que derrière la majorité de ces disparitions se cache l’activité humaine.

Petites et grandes histoires des animaux disparus
Hélène Rajcak et Damien Laverdunt
Actes Sud Junior, 78 pages, 2010.

h1

Des animaux ? – Pline l’Ancien

6 janvier 2011

Piochez des extraits de texte dans la monumentale encyclopédie Histoire naturelle écrite au Ier siècle par Pline l’Ancien.
Illustrez d’un assemblage de gravures, de chromos et de publicités des années 50.
Résultat : Des animaux en costume, en slip ou en baskets et à l’anatomie constituée d’outils et d’engrenages.

De la façon, à la fois descriptive et naïve, qu’à Pline de décrire les animaux, Armel Toucour assemble des créatures à la fois homme et machine. Représentation d’aujourd’hui, ces collages ne sont pas si farfelus dans la mesure où ils nous donnent une idée de ce que les contemporains de Pline pouvaient imaginer à la lecture de ce texte.

Des animaux – Pline l’Ancien
Armel Toucour
Éditions Mouck, 32 pages, 2008

h1

La vie des très bêtes

6 janvier 2011

La vie des très bêtes, c’est d’abord de l’humour mais aussi de vraies informations pour connaître le mode de vie des animaux et même leurs pensées les plus intimes…

Parmi les 25 fiches pour s’instruire, on trouve même un peu d’histoire des connaissances : l’ornithorynque, découvert par le capitaine Hunter et qu’on ne sait pas où classer (rejeté par tous. Alors on le mis avec madame Hunter…), le hérisson et son statut dans l’Ancienne Égypte ou les expériences sur le chimpanzé pour lui apprendre le langage des signes.

Marion Montaigne est aussi l’auteure du blog scientifique Tu mourras moins bête. Elle répond, en une trentaine de vignettes hilarantes, à des questions de science : « Est-ce possible de se greffer des visages comme dans le film Volte face ? » « Quand est-ce qu’on pourra enfin se battre avec des lasers ? » « Je me demandais, comme ça, par hasard… comment ça marche une centrale nucléaire ? ».

La vie des très bêtes
Marion Montaigne
Bayard, BD
T. 1, 96 pages, 2008
T. 2, 64 pages, 2010

h1

Comment élever un écureuil de compagnie

24 juin 2010

Vous souhaitez élever un écureuil de compagnie ?
Grâce à ce petit manuel, vous saurez parfaitement comment vous y prendre : choisir l’écureuil dès son plus jeune âge, l’installer dans une grande cage aménagée, le nourrir de noix et de fruits.

Le texte, très sérieux, est extrait d’une encyclopédie jeunesse publiée en 1910.
Les illustrations, réalisées par Axel Scheffler, proposent un contrepoint hilarant : l’écureuil pose ses valises à l’entrée de sa cage, mange -serviette autour du cou- à une minuscule table, se lave les dents…

L’original , The Children’s Encyclopædia par Arthur Mee, 10 volumes couvrant divers thèmes scientifiques ; T.1 numérisé, à feuiller sur
http://childrensencyclopedia.blogspot.com/

 

Comment élever un écureuil de compagnie
Illustrateur : Axel Scheffler
Hélium, 40 pages, 2010

h1

Le Buffon choisi de Benjamin Rabier

23 juin 2010

Avec la collection « Aux couleurs du temps »,   les éditions Circonflexe rééditent quelques-unes des œuvres majeurs qui ont marqué l’histoire du livre de jeunesse.
Le Buffon choisi dresse le portrait d’animaux de toutes les régions du globe, domestiques ou sauvages.

D’un côté, les textes de Buffon, écrits au XVIIIe siècle. De l’autre côté, les illustrations de Benjamin Rabier, réalisées à partir de 1911.

Même si Buffon, contre les préjugés de son époque, place l’homme dans l’ordre animal, Le Buffon choisi reflète, aujourd’hui, la façon dont l’homme du siècle des Lumières se place au centre de la création. Le chapitre s’intitule L’Homme – Sa supériorité sur les Animaux–, et précise: « le plus stupide des hommes suffit pour conduire le plus spirituel des animaux ».

Il faut se rappeler que ce texte date du XVIIIe siècle, mais on peut quand même rire de certains propos : « Le blaireau est un animal paresseux […]» ; « L’extérieur du lion ne dément point ses grandes qualités intérieures […], sa taille n’est point excessive comme celle de l’éléphant ou du rhinocéros » ; « L’écureuil est un joli petit animal qui […] mériterait d’être épargné » ; « La girafe est un des premiers, des plus beaux, des plus grands animaux qui sans être nuisible est en même temps l’un des plus inutiles »…

Le Buffon choisi de Benjamin Rabier
Auteur : Buffon
Illustrateur : Benjamin Rabier
Circonflexe, Aux couleurs du temps, 224 pages, 2009

Consultable en version numérique sur : www.universcience.fr/fr/bibliotheque-bsi
Cliquer sur Scientifica puis Coin des enfants

h1

Les enfants de l’été

14 juin 2010

Il y a deux façons d’étudier les insectes : soit morts, épinglés sur un carton ; soit vivants, dans la nature. Le célèbre entomologiste Jean-Henri Fabre choisira, lui, de s’intéresser aux mœurs des insectes vivants. De 1879 et 1907, il publie les dix tomes de ses Souvenirs entomologiques, somme de ses observations et expérimentations.

Dans Les enfants de l’été, Margaret Anderson tire son récit de l’œuvre de Fabre, mais la fait raconter par Paul, dix ans. Les chapitres sont très courts ; chacun révèle une particularité de la vie d’un insecte. C’est à chaque fois, une mini épopée où chenilles, fourmis rouges, scorpions ou papillons sont héros ou victimes…
Et oui, plus qu’un observateur, on a affaire là, à un expérimentateur facétieux : Favre s’ingénue à présenter des obstacles aux insectes afin d’étudier leur comportement. Ce malin plaisir à contrarier les activités de ses petites bestioles rend le récit attachant.

Et même si, aujourd’hui, Fabre est contesté, en particulier pour son refus du darwinisme, il n’en reste pas moins un fabuleux conteur.


On trouve les textes originaux des Souvenirs entomologiques de Fabre sur http://www.e-fabre.com

Les Enfants de l’été – Jean-Henri Fabre
Margaret Anderson – Illustrations de Marie Le Glatin Keis
Editions Barthélémy, 112 pages, 2004