Archive for the ‘Astronomie’ Category

h1

Seuls dans l’immensité du cosmos ?

20 septembre 2011

Malgré les milliards de milliards d’étoiles de l’Univers, il faut bien en convenir, pour l’instant les extraterrestres viennent surtout d’Hollywood ! Et ce n’est pas faute d’avoir cherché dans tout le ciel la preuve que la vie existe ailleurs que sur la Terre.

En douze chapitres, cet album relate l’histoire de la recherche d’autres vies depuis l’Antiquité jusqu’à aujourd’hui. Car l’immensité du Cosmos et les conditions d’apparition de la vie sur Terre laissent à penser aux astronomes que la vie a pu s’installer sur d’autres planètes.
Après avoir expliqué comment la vie s’est développée, les auteurs abordent la possibilité de vie sur Mars, les ovnis, les extraterrestres imaginés, et pour finir les planètes extrasolaires.

Tout est passé en revue au fil de doubles pages : à gauche, un texte informatif, illustrée de photos légendées et d’un dessin humoristique ; à droite, une photo pleine page. En fin d’ouvrage, un lexique définit les termes les plus difficiles.
Ah, au moins on n’est pas seul quand on lit Les Savoirs juniors.

Seuls dans l’immensité du cosmos ?
Alain Doressoundiram, Régis Le Cocguen,  ®obin
Belin, Les Savoirs junior, 40 pages, mars 2011

h1

L’Espace à petits pas

19 juin 2011

Comment va-t-on dans l’espace ? Et sur la Lune ? Et sur Mars ? Comment vit-on à bord d’une station spatiale ? Qu’est-ce qu’il y a au-delà de notre système solaire ? À quoi ça sert d’envoyer des satellites ?
L’espace à petits pas
répond à ces questions en retraçant l’histoire de la conquête spatiale, du lancement des premières fusées, à l’homme sur la Lune. Le récit se poursuit avec la vie à bord d’une station spatiale, puis l’exploration du système solaire grâce aux sondes spatiales et la recherche d’exoplanètes. Il aborde l’éventualité d’une mission habitée sur Mars et les applications des images satellites.

Chaque thème est développé sur une double page illustrée de dessins humoristiques. On découvre ainsi de façon très simple l’épopée spatiale, son histoire, son actualité, mais aussi les grands défis de demain. La collection à petits pas, comment dirait Armstrong « un grand pas pour l’humanité » !

L’Espace à petits pas
Christophe Chaffardon, illustrations de Laurent Kling
Actes sud junior, à petits pas, 64 pages, février 2011

h1

Galilée et les poissons rouges

10 juin 2011

La vie du savant est racontée de façon très vivante sous la forme d’un dialogue entre Galilée et sa fille Virginia. Cette forme dialoguée permet à l’auteur d’expliquer avec légèreté des concepts tels que la chute des corps, le mouvement des planètes et même la relativité.
Le récit démarre avec l’enfance de Galilée et la naissance de sa vocation, se poursuit avec les différentes découvertes du savant, aborde aussi le rôle des Médicis, de la guerre de trente ans et bien sûr du Vatican jusqu’à sa condamnation par l’Inquisition.


Plus surprenant, l’auteur égrène tout au long du récit des références à la vie d’aujourd’hui ce qui créer une distanciation et justifie peut-être qu’il ne peut pas toujours se référer à des textes originaux et qu’il doit imaginer les dialogues.
Combinaison de tout cela, un texte plaisant, bien documenté et très facile à lire.

 Galilée et les poissons rouges
Jean-Jacques Greif
Le Pommier, Romans & plus, 180 pages, mars 2010

h1

Voyage vers le soleil noir

5 juillet 2010

1er août 2008, une éclipse totale de Soleil est visible depuis Novossibirsk, en Sibérie. L’astrophotographe Olivier Sauzereau se rend sur place pour réaliser un reportage photographique. En hommage à Jules Verne, il décide d’effectuer le voyage -de Nantes jusqu’en Russie- à  la manière de Phileas Fogg : en train. Si le but de cette expédition est l’éclipse totale de Soleil, le voyage est aussi l’occasion d’un pèlerinage à travers l’histoire des sciences. Olivier Sauzereau nous entraîne sur les pas de Janssen (à Meudon), Einstein (à Postdam), Brahé et  Kepler (à Prague), Copernic (à Cracovie). Sous forme d’un carnet de voyage, l’auteur évoque comment ces scientifiques ont profité, chacun à leur époque, des éclipses de Soleil pour confirmer leurs prédictions.

Le récit, illustré de photos témoignage des différentes escales du parcours, est agréable à lire ; de longs encarts apportent des compléments historiques.

Voyage vers le soleil noir
Olivier Sauzereau
Belin, 128 pages, 2009

h1

Galilée

21 juin 2010

Pour Galilée, ce sont les mathématiques qui doivent expliquer comment les choses se passent. Il opte pour le système de Copernic, une organisation du monde que l’Église ne peut accepter. Galilée cherche pourtant à convaincre l’Église, il veut démontrer que le système de Copernic est conforme  aux écrits de la Bible ; et par la même, il interprète les textes sacrés. Il finit par être condamné par les autorités religieuses. Il aura néanmoins toujours à coeur de prouver que Copernic a raison.

L’histoire de Galilée est l’exemple même du scientifique qui s’est élevé contre les croyances de son époque. Le récit met l’accent sur le système de pensée de Galilée, sur sa détermination à faire partager ses découvertes et sa croyance en les progrès de la science.

Galilée
Brigitte Labbé, P.-F. Dupont-Beurier; illustrations de Jean-Pierre Joblin
Milan jeunesse, De vie en vie, 64 pages, 2009

h1

Ceux qui rêvaient de la Lune

3 juin 2010

2009, quarantième anniversaire du 1er homme sur la Lune, est l’occasion de la publication de nombreux livres commémoratifs. Ici, le parti pris de l’auteur a été de choisir pour héros non pas Neil Armstrong (1er homme sur la Lune avec Apollo 10), mais Jim Lovell, astronaute du 1er vol habité autour de la Lune (Apollo huit) et surtout commandant d’Apollo 13, la mission qui faillit virer à la catastrophe.

Donc, exit Armstrong – son exploit est résumé en une quinzaine de pages seulement ; voici Lovell, le héros du récit. Nous sommes en 1968, le magazine Time choisit pour « homme de l’année » Jim Lovell et ses coéquipiers d’Apollo 8. Une journaliste vient à la Nasa l’interviewer. Après quelques anecdotes sur sa jeunesse et ce qui l’a conduit à devenir pilote, Jim Lovell raconte de manière détaillé les étapes de la préparation à la conquête spatiale : la sélection des astronomes, l’entraînement et les simulations de vols, mais aussi les choix technologiques opérés par la Nasa. Puis Lovell décrit le déroulement de la mission Apollo 8, ses sentiments, l’importance de l’équipe au sol.
La rivalité avec les Soviétiques, qui réalisent jusque-là toutes les grandes premières (de 1957 à 1965 : 1er satellite, 1er homme dans l’espace, 1e sortie dans l’espace…) est bienexposée.

La dernière partie du livre est plus vivante ; on suit « en direct » le déroulement de la mission Apollo 13 (avril 1970). Le récit alterne entre les joies et les craintes de Jim Lovell, de sa famille et des équipes au sol.
Dès avant le départ, la tension dramatique est amenée par la superstition de malheur liée au nombre 13. Puis, « en temps réel », on suit les ultimes préparatifs avant le décollage : check-list, compte à rebours, décollage. Quand les astronautes détectent un problème, le récit propose la retranscription des dialogues entre le vaisseau et le centre spatial d’Houston.
C’est le rôle des équipes au sol et l’implication des hommes qui prévaut ; la solution bricolée par l’équipe pour le retour sur Terre fera de Lovell un héros.
Mais celui-ci ne cache pas son amertume de n’avoir pu marcher sur la Lune, objectif initial de la mission Apollo 13.

Ceux qui rêvaient de la Lune – Mission Apollo
Philippe Nessmann
Flammarion, Découvreurs du Monde, 2009
240 pages

h1

L’œil de l’astronome

22 mai 2010

L’œil de l’astronome, c’est bien sûr Galilée et sa lunette astronomique à l’origine de découvertes qui bouleverseront la compréhension du monde.

L’œil de l’astronome, c’est aussi l’histoire de tous les moyens imaginés par les astronomes pour observer le ciel et les étoiles. C’est d’abord sans instruments optiques, mais à l’aide de calcul que l’on établit la science des étoiles. Puis viennent les instruments de visée, la lunette astronomique et divers télescopes terrestres et spatiaux. Tous les instruments d’observation du ciel sont décrits avec leurs avantages mais aussi leurs limites. De nombreuses illustrations mettent en scène ces instruments ce qui donne une bonne idée de leur taille et de leur fonctionnement.

L’œil de l’astronome, c’est enfin le portrait de tous les savants, astronomes et mathématiciens qui, de l’Antiquité à nos jours, décrivent le mouvement des astres.

L’œil de l’astronome
Olivier Sauzereau, Illustrations couleur Yves Besnier
Belin, Collection Bibliothèque Documentaire, 64 p., 2009.