h1

Pasteur – voir l’invisible

5 juillet 2010

Pasteur, à l’occasion de ses 70 ans, se remémore sa vie.
De son enfance à Arbois, Louis est propulsé à l’École normale de Paris. À l’époque de la révolution, il étudie la chimie, passe son agrégation et devient professeur d’université (à Strasbourg puis à Lille). Il se marie et revient à Paris en tant qu’administrateur de l’École normale.
Il poursuit ses expériences et après avoir résolu les problèmes de fermentation, émet l’hypothèse que les micro-organismes responsables de la fermentation sont dus à des germes. Au bout de six années, il présente sa découverte à la Sorbonne : les animalcules ne sont pas dus à la génération spontanée.
Pasteur devient célèbre et est sollicité de toutes parts. Il constitue une équipe de chercheurs pour travailler sur l’idée de Koch, médecin allemand, à la mise en évidence des microbes. Il met au point le principe de la vaccination sur les animaux. Grâce à ces nombreuses expérimentations, le Dr Granger vaccinera Joseph Meister, un jeune alsacien, mordu par un chien enragé.
En 1888, l’Institut Pasteur est créé pour fabriquer des vaccins et vacciner.

Le récit mentionne la controverse avec Pouchet et évoque quelques autres savants ayant pensé avant Pasteur à ses découvertes : Robert Koch (bactériologie) ou Edward Jenner (vaccination). L’auteure parle de « Pasteur et son équipe » et mentionne ses collaborateurs : Chamberland, Toussaint, Roux.
Mais au final, les découvertes des microbes, de la fermention, de la vaccination… feront de Pasteur seul un héros national.

Pasteur – voir l’invisible
Elisabeth Laureau-Daull et Aude Samama
Seuil jeunesse, Coup de génie, 2007

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :