h1

Ceux qui rêvaient de la Lune

3 juin 2010

2009, quarantième anniversaire du 1er homme sur la Lune, est l’occasion de la publication de nombreux livres commémoratifs. Ici, le parti pris de l’auteur a été de choisir pour héros non pas Neil Armstrong (1er homme sur la Lune avec Apollo 10), mais Jim Lovell, astronaute du 1er vol habité autour de la Lune (Apollo huit) et surtout commandant d’Apollo 13, la mission qui faillit virer à la catastrophe.

Donc, exit Armstrong – son exploit est résumé en une quinzaine de pages seulement ; voici Lovell, le héros du récit. Nous sommes en 1968, le magazine Time choisit pour « homme de l’année » Jim Lovell et ses coéquipiers d’Apollo 8. Une journaliste vient à la Nasa l’interviewer. Après quelques anecdotes sur sa jeunesse et ce qui l’a conduit à devenir pilote, Jim Lovell raconte de manière détaillé les étapes de la préparation à la conquête spatiale : la sélection des astronomes, l’entraînement et les simulations de vols, mais aussi les choix technologiques opérés par la Nasa. Puis Lovell décrit le déroulement de la mission Apollo 8, ses sentiments, l’importance de l’équipe au sol.
La rivalité avec les Soviétiques, qui réalisent jusque-là toutes les grandes premières (de 1957 à 1965 : 1er satellite, 1er homme dans l’espace, 1e sortie dans l’espace…) est bienexposée.

La dernière partie du livre est plus vivante ; on suit « en direct » le déroulement de la mission Apollo 13 (avril 1970). Le récit alterne entre les joies et les craintes de Jim Lovell, de sa famille et des équipes au sol.
Dès avant le départ, la tension dramatique est amenée par la superstition de malheur liée au nombre 13. Puis, « en temps réel », on suit les ultimes préparatifs avant le décollage : check-list, compte à rebours, décollage. Quand les astronautes détectent un problème, le récit propose la retranscription des dialogues entre le vaisseau et le centre spatial d’Houston.
C’est le rôle des équipes au sol et l’implication des hommes qui prévaut ; la solution bricolée par l’équipe pour le retour sur Terre fera de Lovell un héros.
Mais celui-ci ne cache pas son amertume de n’avoir pu marcher sur la Lune, objectif initial de la mission Apollo 13.

Ceux qui rêvaient de la Lune – Mission Apollo
Philippe Nessmann
Flammarion, Découvreurs du Monde, 2009
240 pages

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :